Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
Numéros à appeler en cas de situation d’urgence :
15 → S.A.M.U. : besoin médical urgent, malaise, coma, hémorragie, douleur thoracique, difficultés ou arrêt respiratoires, brûlure, intoxication, ...
17 → Police secours : violences, agression, vol à l’arraché, cambriolage, ...
18 → Sapeurs-pompiers : incendie, fuite de gaz, risque d’effondrement, ensevelissement, électrocution, accident de la route, ...
112 → N° d'appel d'urgence européen : toute urgence nécessitant une ambulance, les services d’incendie ou la police dans un pays de la CEE.
114 → N° d'urgence national pour les personnes sourdes et malentendantesuniquement par SMS ou FAX pour toute personne sourde ou malentendante, victime ou témoin d’une situation d’urgence.

Pour faciliter et accélérer le traitement de votre appel, pensez à préciser ces 3 points : qui je suis ? (Vous êtes victime ou témoin, et donner un numéro de téléphone sur lequel vous restez joignable), où je suis ? (adresse précise de l’endroit où les services doivent intervenir), pourquoi j’appelle ? (les motifs de votre appel


Le Fil année 2022


Le_fil_ernolsheim
Notre actualité en 2022
 

Novembre 2022 : Hommage à « Nos Morts »
Extrait article remis au DNA
Le temps n’était pas à la sortie mais une petite trentaine de personnes a tenu à faire son devoir de mémoire en rendant hommage aux disparus de la guerre de 14-18. Parmi elles on notait la présence du maire honoraire Robert Zimmermann, des adjoints au maire Myriam VIX et François Schnell, de presque tous les conseillers municipaux, du pasteur Nicolas BRULIN et de président(es) et présidents d’honneur d’associations locales ou de leurs représentants ainsi que de Betty CLAUSS, secrétaire de mairie. L’accompagnement musical était assuré comme tous les ans par une section de la batterie-fanfare locale.
Le maire Alfred INGWEILER dans son mot d’accueil et, avant de lire le message officiel, a tenu à saluer la présence de jeunes. Il a aussi listé les soldats morts pour la France en 2021 et 2022 en opérations extérieures au Mali.
Puis, comme tous les ans, il a tenu à rappeler le sort des Alsaciens-Lorrains morts sous l’uniforme allemand et toujours absent de cette commémoration.
« Il ne faut pas oublier que dans notre région depuis le traité de Francfort de 1871 l'Alsace-Lorraine était allemande. Nos grands-pères et arrières-grands-pères, dans leur immense majorité, n'étaient pas des poilus français, mais des soldats allemands, des « feldgraus » en costume "verts-de-gris", avec un casque à pointe. Ils ont fait leur devoir comme tous» a-t-il déclaré»
Il a ensuite lu les noms des treize enfants d’Ernolsheim morts au combat et a, encore une fois, insisté sur le fait qu’il faut les lister tous les 11 novembre, si non une page de l’histoire alsacienne sera effacée.
Après la cérémonie, l’assemblée s’est retrouvée à la mairie pour partager le verre de l’amitié.221113_Ceremonie_11_NovLe maire Alfred Ingweiler et ses deux adjoints devant le monument aux morts.  Photos DNA

 

Novembre 2022 : Bibliothèque, déjà 30 ans
Extrait article remis au DNA
La bibliothèque municipale d’Ernolsheim-lès-Saverne fête cette année ses trente années d’existence.
L’équipe des bénévoles, sous l’impulsion de la responsable Angélique Calleger, et, avec l’appui de la municipalité, a tenu à fêter l’évènement qui a réuni une trentaine de participants.
Quelque 5 000 livres à disposition
Angélique dans son mot d’accueil a brossé l’historique de la bibliothèque et a salué le travail réalisé par les bénévoles de l’époque dirigés par Gaston Arnold suite à l’arrêt du bibliobus.
Elle a signalé que la bibliothèque dispose de 4 000 livres en biens propres auxquels il faut rajouter les 1 000 livres prêtés par la bibliothèque d’Alsace et renouvelés régulièrement. Elle a aussi remercié les 150 adhérents qui se rendent régulièrement à la bibliothèque ce qui est signe d’encouragement.
Le maire Alfred Ingweiler n’a pas manqué de saluer la bonne initiative de l’équipe municipale de l’époque qui avait, sous l’impulsion du maire Robert Zimmermann, décidé d’intégrer une bibliothèque dans le projet de construction de la mairie.
En s’adressant aux bénévoles Gaby, Éliane et Jacqueline, il a déclaré : « Je tiens aussi à vous remercier pour l’organisation régulière de conférences ou d’autres animations. Cela fait aussi partie de la culture et notre nouvelle salle festive s’y prête magnifiquement ».
Michèle Eschlimann, vice-présidente de la CEA accompagnée par Jean-Claude Buffa, conseiller d’Alsace, n’a pas manqué de rappeler et de confirmer le soutien de la collectivité d’Alsace d’autant plus que dans beaucoup de communes il n’existe pas de bibliothèque.
Un anniversaire s’accompagnant toujours d’un bouquet, celui-ci a été remis par le maire à Élisabeth Scherer pour ses 25 années de bénévolat.
Avant de partager le pot de l’amitié, Élisabeth Sommer, conteuse, a su captiver l’attention des grands et des petits par de belles et mystérieuses histoires.221111_Anniversaire_30ans_bibliothequeAngélique Calleger, directrice de la bibliothèque, Michèle Eschlimann vice-présidente de la CEA et Alfred Ingweiler, maire.  Photos DNA

 

Aout 2022 : Hommage aux Malgré-nous
Extrait article DNA
Ernolsheim-lès-Saverne, sous l’impulsion de son maire, des adjoints et du conseil municipal a tenu à honorer la mémoire de ses Malgré-nous, ce 25 août, triste anniversaire du décret pris par le Gauleiter Wagner obligeant les Alsaciens à endosser l’uniforme allemand.
Tout d’abord, l’ensemble des conseillers municipaux ont été équipés de drapeaux qu’ils ont mis en place dès potron-minet. Puis les cloches ont sonné à 18 h. Enfin une émouvante cérémonie de dépôt de gerbe a eu lieu au cimetière, devant le monument aux morts.
Le maire Alfred Ingweiler a tout d’abord rappelé l’historique et quelques dates et faits importants de cette période trouble d’occupation. Puis, visiblement ému, il a rappelé les souffrances de ces jeunes hommes âgés à peine d’une vingtaine d’années mais aussi celles de leurs familles restées dans l’inquiétude. Il a aussi insisté sur le devoir de mémoire et mis en avant le travail des historiens qui ont rassemblé des témoignages, dont l’historien local Jean Haubenstel.
C’est grâce au travail de ce dernier qu’il a pu rappeler qu’Ernolsheim comptait 59 Malgré-nous dont 15 sont tombés ou ont été portés disparus.
« Nous ne pouvons pas refaire l’histoire, mais nous pouvons la rappeler, la rappeler sans cesse : c’est notre devoir. Si nous ne le faisons pas en tant qu’Alsaciens, qui le fera ? » a-t-il déclaré.
Avant d’inviter la petite centaine de personnes au pot de l’amitié, le maire a rappelé la mise en place de panneaux devant la mairie avec les photos des 15 Malgré-nous morts. Ces panneaux restent en place jusqu’au 9 septembre. 220826_Malgre_NousLe maire Alfred Ingweiler et ses adjoints François Schnell et Myriam Vix devant le monument aux morts.  Photos DNA

 

Juillet 2022 : Saint-Jean-Saverne/Eckartswiller/Ernolsheim-lès-Saverne Le RPI Saint-Michel restera en place
Extrait article DNA
Les conseils municipaux d’Eckartswiller et Saint-Jean-Saverne, qui avaient envisagé de se rapprocher d’Ottersthal pour créer un nouveau regroupement pédagogique, font machine arrière : le RPI Saint-Michel continuera d’exister, pour les prochaines années au moins.
Le projet n’ira finalement pas plus loin : fin juin, à l’occasion des conseils municipaux d’Eckartswiller et de Saint-Jean-Saverne, les élus de ces deux villages ont décidé de ne pas donner suite au projet de création d’un RPC (regroupement pédagogique concentré) à Ottersthal, que les maires Jean-Jacques Jundt et Jean Goetz appelaient de leurs vœux.
Pour rappel, ils avaient envisagé de sortir leur commune respective du RPI (regroupement pédagogique intercommunal) Saint-Michel, formé avec Ernolsheim-lès-Saverne, pour créer un RPC avec Ottersthal. Mais de nombreux parents d’élèves s’opposaient à ce projet.
C’est finalement la question de l’accueil périscolaire à Ottersthal qui a fait infléchir les conseils municipaux de Saint-Jean-Saverne et d’Eckartswiller, réunis mardi 28 et mercredi 29 juin. La salle mise à disposition est en effet trop petite pour accueillir les enfants de ces trois communes le midi : « Il est inenvisageable que des familles qui bénéficiaient jusqu’à présent d’un service de cantine, ne puissent plus continuer à en profiter à l’avenir, par manque de places », peut-on lire dans le procès-verbal du conseil municipal de Saint-Jean-Saverne. « C’était une question rédhibitoire. Sinon, on serait allés au bout du projet », commente le maire Jean Goetz. « On avait des soucis pour garantir un projet qui soit vraiment satisfaisant sur tous les critères », observe Jean-Jacques Jundt, maire d’Eckartswiller.
Daniel Gérard, leur homologue à Ottersthal, dit « prendre acte des décisions des conseils municipaux ».
Les parents d’élèves rassurés
De leur côté, les parents d’élèves qui s’étaient mobilisés contre ce projet disent aujourd’hui leur « soulagement » : « Nous sommes satisfaits de cette décision. Dès le début, on avait vu qu’il y avait plusieurs gros points noirs, et le périscolaire en était un », signale Catherine Steib, membre de l’Apeeje, l’association de parents d’élèves qui anime le RPI Saint-Michel.
« C’est un gros soulagement pour nous. Mais nous sommes conscients que dans 5 ou 10 ans, la question risque de se reposer », explique Aurélie Ruck, une habitante de Saint-Jean-Saverne, maman d’une petite fille qui était en moyenne section au RPI cette année.
« J’espère que la décision sera pérenne »
Alfred Ingweiler, maire d’Ernolsheim-lès-Saverne, salue ce revirement : « Je suis agréablement surpris. J’espère que la décision sera pérenne, on ne demande pas mieux ! », appuie l’élu, qui avait envisagé un temps de se rapprocher du regroupement qui est en train de se constituer dans la communauté de communes voisine. Mais sans donner suite dans un premier temps, restant dans l’attente d’une prise de décision de la part de ses deux homologues. C’est désormais chose faite. « Chacun peut partir en vacances sereinement », conclut le maire.220720_Rpi_StMichelL’école de Saint-Jean-Saverne accueille les élèves de grande section de maternelle et de CP. En tout, le RPI comptait 91 enfants en 2021-2022.  Photos DNA

 

Juillet 2022 : La fraternité en exergue
Extrait article DNA
Quelle belle fête, le constat était unanime ce mercredi soir à Ernolsheim. Pour ce retour de la fête à l’occasion des festivités du 14-Juillet, la salle festive et son environnement ont contribué largement à sa réussite.
« C’est la première fois depuis sa réalisation qu’on a pu profiter de la totalité de ses possibilités, notamment de l’aire festive située à l’arrière de la salle », signale le maire Alfred Ingweiler. Le début des festivités a commencé par la distribution du « 14-Juillet wèckè » par l’équipe municipale sur le parvis de la bibliothèque.
Plus tard, à 21h, au cimetière, le maire et ses adjoints entourés de conseillers municipaux, des présidents et représentants des associations locales, de nombreux concitoyens et d’enfants, ont déposé une gerbe devant le monument aux morts. Dans son discours, le maire a mis l’accent sur la fraternité, l’un des trois items de la devise nationale en rappelant ce qui se passe en Ukraine. « Dans un village, la fraternité c’est aussi la vie en harmonie, c’est le respect des autres, c’est le respect des choses », a-t-il complété.
Après le dépôt de gerbe et avant que le cortège ne se forme, chaque enfant s’est vu remettre un lampion ou une torche. La batterie fanfare sous la direction de Frédéric Weiss, accompagnée par l’ensemble des participants s’est alors dirigée vers la mairie où le cortège a fait une halte pour entonner une vibrante « Marseillaise ».
Puis direction la salle festive pour rejoindre les convives qui s’étaient déplacés dès 19 h pour le repas proposé par les bénévoles du FCE. C’est cette association qui avait pris en charge cette année l’organisation de la manifestation avec le soutien de la municipalité.
Après le traditionnel fût de « frejbier » et boissons non alcoolisées, offerts par la commune, LK’S Events a assuré avec grand talent l’animation de la soirée faisant patienter jusqu’à 23h30 les nombreux impatients pour le tir du feu d’artifice. Un feu d’artifice magnifique, voire exceptionnel, aux dires du Président du FCE, Benoit Wolff, ravi de la soirée et satisfait de son équipe.
15 juillet 2022220715_Festivites_14_juilletLe maire, Alfred Ingweiler et les adjoints François Schnell et Myriam Vix devant le monument aux morts.  Photos DNA

 

Juin 2022 : Le village reprend des couleurs
Extrait article DNA
« Cette année peut, à nouveau, être considérée comme une année normale », déclare d’emblée Myriam Vix, adjointe au maire d’Ernolsheim-lès-Saverne, en charge de la commission “Fleurissement-propreté”. « Non seulement on ne parle plus de crise sanitaire, mais l’objectif des deux fleurs qu’on s’était fixé pour 2021 a été atteint. 2022 sera en quelque sorte une année de transition », continue-t-elle. En effet, le thème “les travaux de la vigne” a été reconduit une dernière fois cette année, ce qui a facilité le travail des fidèles membres de la commission.
Mais la veille, il fallait quand même préparer les plants, les trier en fonction des couleurs, de leurs futurs aspects et du lieu de plantation. Ce qui a occupé trois personnes durant la matinée. Les plantations ont alors pu se faire par petits groupes parfaitement rodés, chacun connaissant ses quartiers.
Autour d’un repas partagé ensemble, le maire Alfred Ingweiler s’est félicité de la parfaite organisation de la matinée et, à l’entendre, est impatient de la mise en place du nouveau thème prévu pour 2023.
« J’ai vraiment adoré », signale Paul, le plus jeune participant venu avec son papa, conseiller municipal. « Je l’aide à la maison, alors pourquoi pas ici, pour la beauté de notre village ? ».
La plantation, une histoire de graine, délibérément.220609_Le_village_reprend_des_couleurs 

 

Mars 2022 : Les « Jeuniors » fondent une association
Extrait article DNA
Une nouvelle association vient de naître à Ernolsheim : « Les Jeuniors en mouvement » ou, en raccourci et phonétiquement les « J’M ».
Cette association est née suite au succès remporté par les séances de gymnastique douce qui ont lieu tous les lundis après-midi. Ces séances ont été organisées par la section locale de l’Uniat (Union nationales des invalides et accidentés du travail) et la municipalité dans le cadre du dispositif « Les seniors en action », financé par la conférence des financeurs (CEA).
Une aide de la commune
« Cela fait maintenant deux ans que nous avons mis cela en place en partenariat avec la commune », signale Évelyne Boitel, présidente de la section locale de l’Uniat. « Le financement prend fin à la rentrée prochaine et la seule solution pour permettre l’intervention d’une animatrice rémunérée était de passer par la création d’une association. »
Ainsi les 70 seniors qui ont déjà participé à des séances de gymnastique douce n’ont pas hésité à répondre favorablement à la suggestion de création d’une association.
Plusieurs séances préparatoires ont été nécessaires pour définir les statuts et ce mardi pas moins de 40 personnes se sont déplacées à la salle festive pour assister à l’assemblée générale constitutive. Les statuts ont été adoptés à l’unanimité ainsi que les candidatures des onze membres pour la formation du bureau. (*)
Le maire Alfred Ingweiler, ravi de cette initiative, a rappelé le bien-fondé de l’association et son rôle de préservation de la santé. « Pour vous permettre de vous lancer, le conseil municipal a décidé de vous apporter une aide financière de 1 000 euros et mettra la salle gracieusement à disposition » a-t-il annoncé.
Avec cette nouvelle association nul ne doute que cela va encore bouger du côté du stade du Frohnberg.
(*) Le bureau : présidente, Evelyne Boitel ; vice-présidente, Michèle Thiry ; secrétaire, Antoinette Nonnenmacher ; secrétaire-adjointe, Agnès Heng ; trésorière, Elisabeth Ingweiler ; trésorière-adjointe, Annie Ohlmann ; assesseurs, Monique Camisan, Martine Meck, Christiane Riehl, Jean François Thiebaut, Jean Pierre Van Esbroeck.220322_Association_Les_Jeuniors_01Les membres du bureau.  Photo DNA220322_Association_Les_Jeuniors_02La future présidente, Éveline Boitelle.  Photo DNA

 

Mars 2022 : Accueil des nouveaux et récompenses « fleurissement »
Extrait article DNA
Pas moins de 80 personnes étaient réunies samedi dernier à la salle festive d’Ernolsheim-lès-Saverne pour la manifestation “Accueil des nouveaux et récompenses fleurissement”.
Le maire, Alfred Ingweiler a ainsi pu souhaiter la bienvenue à 14 nouveaux arrivants. Il a donné la parole à chacun pour qu’il puisse se présenter. Et pour mieux connaître leur commune, il leur a conseillé les visites guidées de Gilbert Kuntz. L’occasion a d’ailleurs été saisie pour lui remettre un cadeau pour ce service rendu.
Avant de passer le relais à ses adjoints, le maire n’a pas caché sa satisfaction d’avoir décroché la 2e fleur dans le cadre du concours “Villages fleuris”. « Merci aux conseillers municipaux, à ceux qui les aident régulièrement, merci aux concitoyens qui jouent le jeu en fleurissant leurs résidences » a-t-il lancé.
Puis Myriam Vix, adjointe au maire en charge de l’animation de l’équipe de la commission fleurissement propreté, a annoncé qu’il faudra changer de thème pour l’année à venir. Pour cela, une démarche participative sera mise en place par le biais d’une urne afin de recueillir les propositions.
François Schnell, premier adjoint et président du jury “fleurissement”, a ensuite pris le relais. Il a distribué une cinquantaine de diplômes répartis en prix « encouragement » et en prix « fleurissement maison » et autant de bons d’achat offerts par la commune. Christine Meyer a été mise à l’honneur pour la taille des rosiers qu’elle assure régulièrement.220322 NvxArrivants&FleurissementLes nouveaux arrivants ont rencontré les responsables du fleurissement.  Photos DNA

 

Mars 2022 : Les talents locaux s’exposent
Extrait article DNA
La salle festive du village a servi de cadre ce dimanche 13 mars à une exposition originale. Elle a mis en exergue les talents ou passions cachées d’une dizaine d’habitants d’Ernolsheim qui ont présenté leurs œuvres et créations.
Le stand de l’historien local Etienne (au centre), lequel a (re) mis en lumière l’histoire locale à travers le temps.
Cette journée consacrée aux talents locaux a été mise sur pied par la commission des fêtes du conseil municipal sur une idée d’une de ses membres, Muriel Aron. « Il existe un adage bien connu : dans chaque homme sommeille un talent », rapporte Muriel Aron. Elle ajoute : « Pour autant, révéler ces talents, même si ce n’est qu’au sein de la population locale, n’est pas chose aisée. Il fallait d’abord les dénicher, le talent ayant sa pudeur ».
« Dans chaque homme sommeille un talent »
Tous amateurs, ils n’en ont pas moins présenté des œuvres de belle qualité. Parmi ces talents, les visiteurs ont pu remarquer les nombreuses œuvres de peinture de Christian, Georges, Lisbeth ou Ernest, les patchworks de Christa, les peintures sur galets de Christine, les maquettes retraçant la vie locale de Hans, les magnifiques œuvres de points de croix de Lydie, les réalisations au crochet et à la couture de la multitalentueuse Natacha ou les photos et textes du mémorialiste local Georges.
Et avant de retourner chez eux, les visiteurs pouvaient encore découvrir le coin bien-être de Yann et se faire assouplir les différents muscles du corps. Tout au long de la journée les visiteurs ont pu rencontrer ces artistes du cru et admirer leurs œuvres.
Muriel Aron, l’organisatrice de l’exposition, a tenu à s’associer à la cause des réfugiés ukrainiens en proposant un plateau à la sortie de l’exposition, des dons qui leur seront entièrement dédiés.220314_Talents_Locaux_01220314_Talents_Locaux_02Les artistes locaux, avec la dénicheuse de talents Muriel Aron, (1 er rang à gauche), ont mis la créativité à l’honneur.  Photos DNA

 

Mars 2022 : Inquiétudes chez des parents d’élèves du RPI Saint-Michel : quel avenir pour les écoles ?
Extrait article DNA
Le RPI Saint-Michel d’Ernolsheim-lès-Saverne, Saint-Jean-Saverne et Eckartswiller, est-il en sursis ? Les maires de ces deux dernières communes envisagent de se rapprocher d’Ottersthal. Ce qui n’est pas sans inquiéter des parents et le maire d’Ernolsheim.
C’est un tract rédigé par des parents d’élèves et distribué en début d’année dans les trois villages qui sème le trouble à Saint-Jean-Saverne, Ernolsheim-lès-Saverne et Eckartswiller. Une pétition en ligne a même été lancée pour réclamer le maintien du RPI (regroupement pédagogique intercommunal) Saint-Michel, qui existe depuis 2007 et se déploie sur les trois communes. « Comment un tel sacrifice peut-il être envisagé sans tenir compte de son impact négatif sur les familles des trois villages concernés ? » s’interrogent les rédacteurs du tract, distribué dans les boîtes aux lettres.
Les habitants, dont certains sont aussi membres de l’association de parents d’élèves APEEJE, craignent une dissolution du RPI, au profit d’une nouvelle organisation qui verrait les enfants d’Eckartswiller et Saint-Jean-Saverne être scolarisés à Ottersthal.
« Un regroupement assurerait une simplification à la fois pour les parents et les enfants »
Interrogés, Jean-Jacques Jundt et Jean Goetz, les maires de ces deux communes, confirment envisager un rapprochement de leurs structures scolaires dans le cadre d’un RPC (regroupement pédagogique concentré). Les cours seraient alors donnés dans l’école d’Ottersthal, « assez grande », explique le maire Daniel Gérard, pour accueillir les enfants des deux communes voisines. Le RPC concernerait ainsi 115 élèves de Saint-Jean-Saverne, Eckartswiller et Ottersthal, dans un seul et même bâtiment.
Une solution plus simple pour les parents et les enfants, plaident Jean-Jacques Jundt et Jean Goetz : actuellement, le RPI Saint-Michel, qui accueille 91 enfants, fonctionne sur trois sites, obligeant le bus scolaire à « faire des circonvolutions » entre les structures et à s’accommoder des horaires différents de début des cours. « Un regroupement assurerait une simplification à la fois pour les parents et les enfants », estime Jean Goetz.
Cette solution aurait aussi l’avantage de garantir la pérennité d’un accueil périscolaire le matin : à Ottersthal, un accueil est bien assuré en journée, mais pas le matin, faute d’un nombre d’enfants suffisant.
Dans le RPI Saint-Michel, ce service existe, mais il serait menacé à terme, là encore parce que les jeunes ne sont pas assez nombreux. Additionner les besoins des parents d’élèves d’Eckartswiller, Saint-Jean-Saverne et Ottersthal permettrait, expliquent les élus concernés, de sauvegarder un service de proximité.
« Rien n’est encore décidé »
Pour autant, le projet n’en est qu’au stade préliminaire, insistent-ils, répondant ainsi au tract distribué par les parents inquiets : un « groupe de travail », dont le principe a été validé par leurs conseils municipaux, a été créé. Il comprend les maires et leurs adjoints, les présidents des associations de parents d’élèves et des parents-délégués. Une première réunion est prévue au mois de mars. « Rien n’est encore décidé. Il faut aussi que l’inspection nous suive, et qu’on règle un certain nombre de questions », tempère Jean Goetz. Si le RPC se fait effectivement à Ottersthal, ce serait de toute manière « pas avant la rentrée 2023, voire 2024 », expliquent les élus. Afin de « laisser aussi le temps à Ernolsheim de se retourner » pour organiser l’accueil des enfants du village, plaident-ils.
Les trois maires répondent ainsi à l’inquiétude d’Alfred Ingweiler, maire d’Ernolsheim-lès-Saverne. Celui-ci, qui dit avoir déjà été interpellé par des habitants sur la question, estime devoir « prendre les devants, mais sans se précipiter », pour trouver une solution de son côté. L’édile, pour qui le RPI Saint-Michel « fonctionne aujourd’hui très bien », se résout à envisager un rapprochement avec Dossenheim-sur-Zinsel, bourg pourtant situé dans une autre communauté de communes. « Mais les questions administratives se règlent facilement », estime-t-il.
« Ce ne serait pas de gaîté de cœur qu’on fermerait les écoles »
Reste que la perspective d’une dissolution du RPI Saint-Michel le laisse dubitatif ; celle-ci reviendrait d’ailleurs à abandonner les bâtiments actuels, en cœur de villages, pour envoyer les enfants à Ottersthal d’un côté, Dossenheim-sur-Zinsel de l’autre. « Ça peut paraître un combat dépassé, les esprits évoluent par rapport à ça. Mais je suis attaché à la présence d’une école, ça ramène de la vie », souligne-t-il.
À l’inverse, ses deux confrères, à Saint-Jean-Saverne et Eckartswiller, sont prêts à abandonner cette idée. « Ce ne serait pas de gaîté de cœur qu’on fermerait les écoles », glisse Jean-Jacques Jundt, mais l’amélioration de « la qualité de l’enseignement » justifierait cette décision. « Il n’y a en tout cas pas de complot, on avance lentement, on essaie de réfléchir », résume Jean Goetz.
Des parents dans l’attente d’une rencontre avec les maires
Contactée, l’inspectrice de la circonscription de Saverne Sabelline Poiret se veut rassurante : « Les maires sont actuellement en pleine réflexion. Il n’y a rien de décidé pour l’instant. […] À la rentrée 2022, rien ne changera. Pour la suite, cela dépendra des décisions municipales », a-t-elle expliqué, refusant dans l’immédiat de réagir davantage.
De leur côté, les parents d’élèves qui ont rédigé et distribué le tract et les représentants de l’association APEEJE ont indiqué attendre la rencontre prévue en mars avec les maires d’Eckartswiller et Saint-Jean-Saverne pour réagir dans nos colonnes.220309_Inquietude_Rpi_EcoleStJeanL’école de Saint-Jean-Saverne accueille les élèves de grande section de maternelle et de CP. En tout, le RPI compte 91 enfants en 2021-2022.  Photo DNA /Élise BAUMANN220309_Inquietude_Rpi_JGoetz_JJJundt_DGerardJean Goetz, Jean-Jacques Jundt et Daniel Gérard confirment envisager un rapprochement de leurs communes dans le cadre d’un RPC (regroupement pédagogique concentré), notamment pour des questions de praticité. Mais "rien n’est encore fait", répètent-ils.   Photo DNA /Élise BAUMANN220309_Inquietude_Rpi_EcoleErnolsheim

La petite école d’Ernolsheim-lès-Saverne accueille les enfants de petite et moyenne sections de maternelle et les CM1/CM2. Photo DNA /Élise BAUMANN220309_Inquietude_Rpi_AIngweilerLe maire d’Ernolsheim-lès-Saverne Alfred Ingweiler tient à la pérennité du RPI, notamment parce qu’il est attaché au maintien d’une école dans son village.   Photo DNA /Élise BAUMANN

 

Mars 2022 : Carnaval des enfants, un défilé haut en couleur
Extrait article DNA
Pour le retour du défilé carnavalesque des enfants, organisé par la commission « fêtes » du conseil municipal d’Ernolsheim, le succès était au rendez-vous.
« Quel plaisir d’entendre à nouveau les cris de joie des enfants, après un silence de deux ans », s’est exclamé Georges Lamps, enseignant retraité, qui a assisté à la formation du cortège. Ce plaisir se traduisait aussi par l’enthousiasme des nombreux parents, grands-parents et autres venus accompagner leurs protégés. Ajoutons que le beau temps était au rendez-vous et que le dispositif musical d’ambiance était de retour. Bref tous les ingrédients étaient réunis pour une belle fête.
Ils étaient ainsi 80 participants à défiler à travers le village pour se rendre à la salle festive où les attendaient chocolat chaud, crêpes et autres friandises offerts par la municipalité. Comme tous les ans un jury a sélectionné, par catégorie d’âge, les plus beaux costumes et a distribué des cadeaux.
Tous les participants ont été récompensés. Mais la plus belle récompense pour les organisateurs et les parents était sans aucun doute l’ambiance de joie et de bonheur retrouvé.220309_Carnaval_EnfantsLes enfants et leurs accompagnants se sont retrouvés à la salle des fêtes. Photo DNA

 

Janvier 2022 : Conférence sur la généalogie
Extrait article DNA
La conférence organisée dans le cadre des « activités de la bibliothèque » et soutenue par la municipalité a attiré une bonne trentaine de personnes vendredi dernier à la salle festive d’Ernolsheim.
Les organisatrices avaient invité Philippe WIEDENHOFF, membre de la Shase (Société d’histoire et d’archéologie de Saverne) et du Cercle généalogique d’Alsace, éminent spécialiste de cette discipline.
« Ce soir je ne veux pas faire de vous des généalogistes, ce soir je veux surtout vous sensibiliser aux outils de recherches, aux pièges à éviter et vous donner envie » a déclaré le conférencier dès sa prise de parole.
Il a commencé par expliquer la situation particulière d’Ernolsheim par rapport aux villages voisins et l’impact de la tenue des registres liée à la religion en fonction de l’appartenance à tel ou tel comté.
Rechercher ses ancêtres c’est aussi revenir sur l’histoire d’un pays, d’une région d’une famille et, sous cet aspect, c’est très instructif.
Après avoir présenté les différents documents et ressources du passé disponibles il a énuméré les moyens actuels pour y accéder tout en attirant l’attention de l’assistance sur les pièges à éviter notamment lorsque les renseignements sont payants.
Il a aussi insisté sur le risque d’erreurs et qu’il convient de bien vérifier ses sources et faire des regroupements avant de les valider. Des erreurs possibles sont liées aux homonymes et, à titre d’exemple, on apprend qu’à Ernolsheim on dénombrait entre 1736 et 1792, 21 Michel/Jean Michel SCHNELL et 10 Anne Elisabeth SCHNELL !
Durant deux heures Philippe WIEDENHOFF a su capter l’attention de l’auditoire et démontrer que la généalogie non seulement permet de remonter à ses racines mais aussi de remonter et de (re)découvrir l’histoire, d’un pays d’une région, d’un village.
Les grandes lignes de la généalogie étant maintenant tracées, les outils présentés, gageons que l’envie a été donnée à certains pour aller plus loin et rentrer dans le concret de leurs histoires familiales, la Shase et le cercle Généalogique d’Alsace ont des ressources. N’hésitez pas.220121_GenealogieUn bel auditoire présent pour cette conférence. Photo AI

 

 


|Haut de page|